descente

descente [ desɑ̃t ] n. f.
• 1304; de descendre
I(de descendre, I) A(Personnes)
1Action de descendre, d'aller d'un lieu élevé vers un autre plus bas. La descente de qqn dans, à, vers (un lieu). Descente rapide. chute, dégringolade. Descente dans un puits, une mine, un gouffre. Descente aux enfers. Descente en parachute. saut. Descente en skis, à vélo. Il est meilleur en descente (cycliste, skieur). descendeur. « La descente de ces rapides [de l'Ohio] n'est ni dangereuse, ni difficile » (Chateaubriand). Fait de descendre (d'une monture, d'un véhicule). À la descente : en descendant. « J'irai les prendre à leur descente d'omnibus, ou à une sortie de métro » (Romains).
2Spécialt (XVIIe) Attaque brusque de troupes débarquées en territoire ennemi. coup (de main), débarquement, incursion, irruption, raid. Descente sur une côte.
Sport Descente dans le camp adverse.
Dr. Descente de justice, de police : recherche, perquisition. ⇒ 1. rafle. Descente sur les lieux : mesure d'instruction destinée à faire des constatations matérielles. — Fam. Faire une descente dans une boîte de nuit.
B(Choses ) Descente de la mer qui se retire. reflux. Avion qui commence sa descente pour se poser. Descente en vol plané.
Méd. Déplacement de haut en bas (d'un organe). chute, prolapsus, ptose. Descente de l'utérus.
II(de descendre, II) Action de déposer une chose, de la porter en bas. Descente d'un tableau. décrochage, dépose. La descente d'une pièce de vin à la cave, de marchandises dans la cale.
Descente de croix : représentation de Jésus-Christ qu'on détache de la croix. ⇒ déposition. « La Descente de croix », de Rubens.
IIICe qui descend, va vers le bas.
1Chemin, pente par laquelle on descend. La déclivité d'une descente. Descente rapide, vertigineuse. Descente douce. Freiner dans les descentes. Au bas de la descente.
Galerie de mine en pente. descenderie.
2(1676) Mar. Passage muni d'échelle qui permet d'aller d'un pont à un autre, au-dessous du pont principal. Archit. Rampe d'escalier. Tuyau de descente : tuyau d'écoulement des eaux. Par méton. La descente reçoit l'eau du chéneau. Descente d'antenne : câble reliant une antenne située sur le toit au poste récepteur.
3(1837) DESCENTE DE LIT : petit tapis sur lequel on pose les pieds en descendant du lit. ⇒ carpette.
4Fig. et fam. Avoir une bonne descente (de gosier) :ingurgiter beaucoup. ⇒ descendre (II, 2o) (cf. Avoir la dalle en pente).
⊗ CONTR. Ascension, montée. Côte. ⊗ HOM. Décente (décent).

descente nom féminin Action de porter à un endroit plus bas : La descente du vin à la cave. Pente plus ou moins prononcée d'un chemin, d'une route, etc., considérée du haut vers le bas : Ralentir dans la descente. Action de descendre une pente : Descente en rappel d'un alpiniste. Action de descendre vers un lieu, perte régulière d'altitude en parlant d'un avion, d'un parachutiste : L'avion amorce sa descente vers Paris. Coup de main en territoire ennemi : Les descentes des Vikings sur les côtes normandes. Incursion rapide dans le camp adverse : Une descente dangereuse vers les buts. En Afrique, fin de la journée de travail. Bâtiment Synonyme de tuyau de descente. Psychiatrie Cycle qui, pour le toxicomane, succède presque immédiatement à la sensation de plaisir (le flash) et qui aboutit à une phase dépressive. Sports Épreuve de vitesse de ski alpin, disputée sur un parcours en forte pente comportant des portes directionnelles. ● descente (expressions) nom féminin À la descente, en descendant. À ma descente du train, de l'avion, etc., au moment où j'en descends. Familier. Avoir une bonne descente, être capable de beaucoup boire. Descente aux enfers, effondrement progressif et total ; déchéance, désastre. Descente de lit, petit tapis rectangulaire placé le long d'un lit. Descente de police, opération surprise dans un lieu aux fins de vérification d'identité ou d'enquête. Faire une descente, en parlant de truands, faire irruption dans un lieu pour commettre des exactions, ou en parlant d'un groupe, y débarquer sans avoir prévenu. Descente de chemin couvert, de fossé, communication enterrée ou souterraine faite par l'assaillant pour accéder au fossé et donner l'assaut à la brèche (guerre de siège du XVIIe au XIXe s.). Descente de Croix, scène de la passion où le corps du Christ mort est descendu de la Croix par Joseph d'Arimathie et Nicomède, et reçu par la Vierge, Madeleine et saint Jean. Descente d'organe, ptôse (de l'estomac, du rein, du foie, etc.), ou prolapsus (de l'utérus, de la vessie, du rectum). Descente de bouvet, accessoire du bouvet permettant de régler la profondeur de la rainure. Descente d'antenne, conducteur reliant les parties élevées d'une antenne à l'émetteur ou au récepteur radioélectrique. Descente aux enfers, passage du Christ rédempteur dans les lieux où attendent ceux qui n'ont pas été jugés. ● descente (homonymes) nom féminin décente adjectif féminindescente (synonymes) nom féminin
Synonymes :
- Bâtiment. tuyau de descente

descente
n. f.
d1./d Action de descendre. La descente à la cave se fait par un escalier très raide. Saluer qqn à la descente du train.
|| (Afr. subsah.) Sortie du travail. Nous nous verrons à la descente.
|| (Madag.) Manifestation de rue.
d2./d Irruption d'ennemis venus par terre ou par mer.
d3./d Visite d'un lieu pour une opération de justice ou de police. Une descente de police.
|| (Madag.) Visite d'une école, d'une prison, effectuée par un inspecteur.
Enquête effectuée par un journaliste.
d4./d Mouvement de haut en bas d'une chose. Descente en vol plané d'un avion.
d5./d Pente. Descente rapide. Ralentir dans les descentes.
d6./d SPORT épreuve de ski chronométrée sur une forte pente.
d7./d Action par laquelle on descend qqch. Descente d'un fleuve.
d8./d MYTH Descente aux Enfers: récit du voyage fabuleux de certains personnages aux Enfers. Les plus célèbres descentes aux enfers sont celles d'Orphée, d'Hercule, de Thésée, d'Ulysse, d'énée, et celles de "la Divine Comédie" de Dante et des "Aventures de Télémaque" de Fénelon.
|| Descente de croix: oeuvre d'art représentant Jésus-Christ mort que l'on descend de la croix. Rubens et Rembrandt ont peint des descentes de croix.
d9./d Descente de lit: tapis mis à côté du lit.
d10./d MED Descente d'organe: ptôse, prolapsus.
d11./d CONSTR Descente d'eaux pluviales: canalisation verticale servant à évacuer les eaux de pluie.
|| Descente de paratonnerre: conducteur reliant le paratonnerre à la prise de terre.

⇒DESCENTE, subst. fém.
I.— A. [Implique une idée de mouvement de haut en bas]
1. Action d'aller vers le bas. Descente en parachute (Ac. 1932). À la fin de janvier les neiges arrivèrent (...) et la blanche descente des flocons commença (MAUPASS., Une Vie, 1883, p. 107) :
1. Ma mère me chantait aussi une chanson de ce genre la veille de Noël; mais comme cela ne revenait qu'une fois l'an, je ne me la rappelle pas. Ce que je n'ai pas oublié, c'est la croyance absolue que j'avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit père Noël...,
SAND, Histoire de ma vie, t. 2, 1855, p. 155.
MYTHOL. et RELIG. La descente d'Ulysse aux enfers (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 14). La descente du Christ dans les enfers (NERVAL, Filles feu, Angélique, 1854, p. 538). On ne peut concevoir la descente de Dieu vers l'homme ou l'ascension de l'homme vers Dieu sans écartèlement (WEIL, Pesanteur, 1943, p. 94).
a) Spéc. Action de sortir d'un véhicule, de mettre pied à terre. À la descente de voiture, on est assailli par une foule de commissionnaires qui se distribuent nos effets (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 8). Nous allons vers midi, cueillir Henri Peyre à sa descente d'avion (GIDE, Carnets Égypte, 1939, p. 1074).
Loc. À la descente. ,,Pendant la descente ou au moment de la descente`` (Ac.). Il alla le recevoir à la descente du vaisseau (Ac.).
b) P. ext.
Action, fait d'aller dans un endroit afin d'y séjourner. Il imagina son arrivée là-bas, la descente à l'hôtel au petit jour (ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 193).
Spéc. Action, fait de faire irruption dans un lieu. Descentes de montagnards dans la plaine (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 283). En Parigotes émotives, elles [les figurantes] imaginent confusément, au seul mot de grève, la descente dans la rue, l'émeute, la barricade (COLETTE, Music-hall, 1913, p. 119).
En partic. Attaque brusque par mer :
2. ... cet événement nous privait, pour l'instant, de trente-deux hommes, et de deux chaloupes, les seuls bâtimens à rames qui pussent contenir un nombre assez considérable d'hommes armés pour tenter une descente.
Voy. de La Pérouse, t. 3, 1797, p. 205.
♦ [En parlant d'une enquête policière] Action d'aller sur place recueillir des éléments d'information :
3. ... cela arrive quelques jours après cette descente judiciaire qui avoit pour objet un cadavre, et ce cadavre est dit-on un chevreau. Le jardinier persiste à dire que c'est un homme;...
BALZAC, Annette et le criminel, t. 3, 1824, p. 150.
Loc. Faire une descente
[En parlant de gangsters] Aller dans un lieu pour y commettre des exactions. Faire une descente chez un commerçant (VIDOCQ, Mém. Vidocq, t. 4, 1828-29, p. 86).
[En parlant de la police] Faire irruption dans un lieu en vue d'un contrôle, d'une rafle,... La police fit une descente, arrêta Théodore et saisit les objets (BALZAC, Splend. et mis., 1847, p. 560) :
4. On a pris Pierrot, (...), le petit métallo, le communiste. La Gestapo a fait une descente chez le bistrot où il logeait...
TRIOLET, Le Premier accroc coûte deux cents francs, 1945, p. 74.
Fam. Faire une descente (dans un café, dans un bal). Synon. de faire une virée. Des marins qui font une descente (GONCOURT, Journal, 1860, p. 799).
P. anal. Dans certains sports d'équipe (football, etc.) Fait de parcourir le terrain avec le ballon. Pense un peu à toutes les combinaisons, les descentes et les passes qu'il faut faire avant de marquer un but (CAMUS, Peste, 1947, p. 1341).
c) ANAT. [En parlant d'un organe] Déplacement vers le bas. Synon. hernie. Descente de matrice, de ventre. Deux descentes qu'il avait à l'aîne (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 329).
2. [Correspond à l'emploi trans. du verbe] Action de porter (quelqu'un ou quelque chose) en bas. Des paniers ou des couloirs en tôle pour la descente du charbon (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 171).
Spéc. Descente de croix. ,,Tableau, gravure représentant Jésus-Christ qu'on détache de la croix`` (Ac.). La Descente de croix de Rubens; il a acheté une belle Descente de croix (Ac.).
B.— P. méton., ARCHIT. (Tuyau de) descente. Tuyau d'écoulement des eaux de pluie. Une descente de fer, de plomb (Ac.).
Expr. pop. Avoir une bonne/belle descente. Boire volontiers et en grande quantité. Le bistro est le salon du pauvre (...) où l'on ridiculise les tempérants, où une belle « descente » passe pour une preuve de virilité (H. BAZIN, Fin asiles, 1959, p. 159).
II.— [Implique une idée de mouvement le long d'une pente]
A.— Action d'aller d'un point à un autre. Il [André] contempla (...) la rouge descente des nuages derrière les maisons (HUYSMANS, En ménage, 1881, p. 324). Cette lente et constante descente vers le sud doit nous amener à Dakar ce soir (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 684).
Au fig. Descente en soi. Fait de s'analyser. Le Sang d'un Poète n'est qu'une descente en soi-même, une manière d'employer le mécanisme du rêve sans dormir (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 63).
1. En partic.
a) AVIAT. Perte régulière d'altitude :
5. Il lut son altitude : mille sept cents mètres. Il pesa des paumes sur les commandes pour commencer à la réduire. Le moteur vibra très fort et l'avion trembla. Fabien corrigea, au jugé, l'angle de descente, puis, sur la carte, vérifia la hauteur des collines : cinq cents mètres.
SAINT-EXUPÉRY, Vol de nuit, 1931, p. 112.
b) SP. Épreuve de ski, course de 500 à 1 000 mètres de dénivellation qui se fait contre la montre (d'apr. GAUTRAT Ski 1969). Champion national de descente (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 15).
2. HIST. Descente de la Courtille. Passage des masques qui, les matins de carnaval, sortaient des bals et des guinguettes de la Courtille (située au haut du Faubourg du Temple) et rentraient dans Paris par la grande rue (d'apr. FRANCE 1907) :
6. La première fois que j'ai vu le peuple,... c'était par une affreuse matinée, le mercredi des Cendres, à la descente de la Courtille. (...). Les voitures de masques défilaient pêle-mêle...,
MUSSET, La Confession d'un enfant du siècle, 1836, p. 108.
3. Spéc., MUS., CHANT. Fait de passer de l'aigu au grave. L'élévation musicale de l'accent tonique sur la pénultième ou l'antépénultième détermine une descente de la voix sur la dernière syllabe (BÉNÉDICTINS, Paléogr. mus., t. 3, 1889, p. 12).
B.— P. méton.
1. [Ce par où quelqu'un ou quelque chose descend]
a) Usuel. Chemin, route en pente. Nous allons trouver une descente à quelque distance (Ac.). La route (...) offre à cet endroit une belle descente toute droite (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p. 140).
Fam. [En parlant d'une partie du corps] Je m'étais assis dans l'espoir que vînt s'installer devant moi une belle personne de qui je pusse contempler la descente de reins (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 597).
b) Spécialement
ART MILIT. Descente de fossé. Tranchée ou galerie que l'assiégeant pratique à travers la contrescarpe pour atteindre le fond du fossé. Travailler à la descente du fossé; faire la descente du fossé (Ac..)
MINES. Puits de descente. Pour les ouvriers, on peut [dans les ardoisières] faire des puits de descente de 1 m. 50 X 1 m. 50 (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 255).
2. [Ce sur quoi on descend] Descente de lit. Petit tapis sur lequel on pose les pieds quand on descend du lit. Il n'y avait pas d'autre tapis qu'une maigre descente de lit en lisières (BALZAC, Pierrette, 1840, p. 58).
P. métaph., péj. [En parlant d'une pers. qui manque de dignité] Elle a la même humilité de descente de lit (...). Elle est aussi flagorneuse que lui (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 203).
Prononc. et Orth. :[]. D'apr. WARN. 1968 : ,,parfois []``. Pour cette prononc. cf. aussi LAND. 1834, GATTEL 1841 et LITTRÉ. Cf. des-. Admis ds Ac. 1694-1932. Homon. décente. Étymol. et Hist. 1. 1304 dr. « succession » descente de héritage (Year books of the reign of Edward the first, XXXII-XXXIII, p. 97 ds GDF. Compl.); 2. 1370-82 « action de descendre de haut en bas » mouvement de descente (ORESME, Le Livre du Ciel et du Monde, éd. A. D. Menut, p. 428); en partic. 1585 [éd.] méd. descente [de la matrice] (PARÉ, Œuvres, éd. Malgaigne, livre 1, chap. 34); 3. 1574 faire descente « débarquer » (Lett. de la reine Catherine, pièce 28, f° 34 ds GDF. Compl.); 1690 « action de descendre d'une monture » à la descente du cheval (FUR.); 4. 1559 « action de faire irruption dans un lieu, attaque brusque » descente des Teutons (AMYOT, Marius, 17 ds LITTRÉ); 5. a) 1594 « endroit par lequel on descend; pente descendante » (CHASSIGN., Mespr. de la vie, CXLV ds GDF. Compl.); b) 1676 « tuyau d'écoulement pour les eaux » (FÉLIBIEN Dict.); c) 1837 descente de lit (BALZAC, C. Birotteau, p. 279); 6. 1690 « action de porter de haut en bas » en partic. une descente de croix (FUR.). Dér. de descendre, sur le modèle de pente, rente, vente correspondant à prendre, rendre, vendre. Fréq. abs. littér. :974. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 926, b) 1 444; XXe s. : a) 1 689, b) 1 561. Bbg. QUEM. 2e s. t. 1 1970. — RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 399.

descente [desɑ̃t] n. f.
ÉTYM. 1304; de descendre, sur le modèle de pente, rente, vente, correspondant à pendre, rendre, vendre.
———
I (De descendre, I.).
A En parlant des personnes.
1 (V. 1376). Action de descendre, d'aller d'un lieu élevé dans un autre plus bas. || Descente rapide. Chute, dégringolade. || Descente lente, prudente.(1799, in Petiot). || Descente d'une montagne. || Descente dans un puits, une mine, un gouffre. || Descente en ascenseur, en parachute. || Descente en skis.
1 On lira avec un plaisir mêlé d'horreur le récit de leur descente dans la grotte d'Antiparos (…)
Fontenelle, Tournefort, in Littré.
2 La descente de ces rapides (de l'Ohio) n'est ni dangereuse, ni difficile, la chute moyenne n'étant guère que de quatre à cinq pieds dans l'espace d'un tiers de lieue (…)
Chateaubriand, Voyage en Amérique, in Littré.
3 (…) la croyance absolue que j'avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit père Noël.
G. Sand, Histoire de ma vie, t. II, p. 155, in T. L. F.
4 Finis tout à coup, les sentiers de montagne, les scabreuses descentes, les glissades, sous la nuit plus oppressante des bois.
Loti, Ramuntcho, II, IX, p. 268.
(1928). Spécialt. Course de ski contre la montre. || Il est meilleur en descente (en parlant d'un cycliste, d'un skieur). Descendeur.
Piste de descente. || Portes de descente (délimitant une piste de descente). || Descente en ligne droite. Schuss.
La descente d'Orphée aux Enfers (→ Centaure, cit. 1). || Descente du Saint-Esprit (→ Commémoration, cit. 1).
À la descente : au moment de descendre, en descendant. || Les autorités l'accueillirent à sa descente d'avion.
4.1 L'escalier, il n'y fallait pas songer : ça se monte encore ces choses-là, mais à la descente, il y aurait de quoi se rompre cent fois les jambes (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La mule du pape ».
5 Oui, c'est ça. J'irai les prendre à leur descente d'omnibus, ou à une sortie de métro.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XXI, p. 225.
2 (1559). Spécialt. Attaque brusque de troupes débarquées en territoire ennemi. Attaque, coup (de main), débarquement, incursion, irruption, raid. || Descente sur une côte. || Le projet de descente en Angleterre de Napoléon.
6 (Napoléon) était tout aux grands préparatifs de la descente (…) le plan de descente comportait le concours des flottes et de vastes combinaisons maritimes avec lesquelles Napoléon n'était pas familier.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Avènement de l'Empire, XI, p. 151.
(1900, in Petiot). Sports. || Descente (individuelle ou collective) dans le camp adverse.Dr. || Descente de justice, de police : recherche, perquisition, rafle exécutée par les services de police. Transport, visite.Loc. Faire une descente. (1779). || Descente sur les lieux : mesure d'instruction destinée à faire des constatations matérielles.
7 Sur la requête de la partie la plus diligente, le juge-commissaire rendra une ordonnance qui fixera les lieu, jour et heure de la descente (…)
Code de procédure civile, art. 297.
Par ext. Fam. || Faire une descente à la cave, la vider. || Faire une descente dans une boîte de nuit.
Action brutale, violente (par anal. avec la descente de police).
7.1 — Pourquoi ne faites-vous pas une descente ?
— Ça !… on y a pensé, seulement les coups de fusil en l'air, ça fait partir le gibier. Si on rafle dans trois ou quatre boîtes sans mettre la main sur Faugel tout de suite, ou il nous verra, ou on le préviendra.
J.-P. Melville, le Doulos, 1963, in l'Avant-scène, no 24, p. 24.
B En parlant de choses.
1 Le fait de descendre, d'aller plus bas. || Descente de la mer qui se retire. || Descente d'un ascenseur. || Avion qui commence sa descente pour se poser. || Descente en vol plané, en piqué. || Descente d'un bateau sur une rivière. Avalage. || Descente des poissons d'amont en aval. Avalaison.
2 Méd. Déplacement de haut en bas d'un organe. Chute, prolapsus, ptose. || Descente de l'utérus, de la vessie. Pop. || Descente d'organe (même sens).Cour. Hernie.
8 (Mme de la Vallière) mourut enfin d'une descente (d'une hernie) dans de grandes douleurs (…)
Saint-Simon, Mémoires, III, XXVIII.
9 C'est moins en laissant pleurer les enfants qu'en s'empressant pour les apaiser, qu'on leur fait gagner des descentes (…)
Rousseau, Émile, I.
———
II (1690; de descendre, II.). Action de déposer (une chose), de porter en bas. || Descente d'un tableau. || La descente d'une statue enlevée de son socle. || Descente d'une pièce de vin à la cave ( Avalage), des marchandises dans la cale.
Descente de croix : représentation de Jésus-Christ qu'on détache de la croix. Déposition. || La Descente de croix, de Rubens.
———
III Ce qui descend, va vers le bas.
1 (1594). Chemin, pente par laquelle on descend. || Une descente rapide, dangereuse, vertigineuse. || Descente douce, insensible. || On arrive par une longue descente. || Freiner dans les descentes. Pente. || Au bas de la descente.Figuré :
10 Il semble que les heures du soir et de la nuit vous attendent au bas de la descente comme un navire illuminé.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XV, p. 179.
Spécialt, mine. Galerie en pente. Descenderie.
2 (1676). Mar. Passage muni d'échelle qui permet d'aller d'un pont à un autre, au-dessous du pont principal.Archit. Rampe d'escalier; voûte sous laquelle est logé l'escalier.(1676). Tuyau d'écoulement des eaux. || La descente reçoit l'eau du chéneau. Dans le même sens : tuyau de descente.Descente d'antenne.
3 (1837). || Descente de lit : petit tapis sur lequel on pose les pieds en descendant du lit. Carpette; → Asseoir, cit. 23.
4 Fig., pop. Avoir une bonne descente (de gosier) : ingurgiter, boire beaucoup. Descendre (II., 4., fam.).
CONTR. Ascension, montée. — Côte.
HOM. Décente (fém. de décent).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • descente — DESCENTE. sub. f. Action de descendre, ou par laquelle on descend. La descente de Notre Seigneur aux Enfers. La descente du Saint Esprit sur les Apôtres. f♛/b] À la descente. Façon de parler dont on se sert, pour dire, Au moment où descend la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • descente — Descente. s. f. Action de descendre, ou par laquelle on descend. La descente de nostre Seigneur aux Enfers. la descente du saint Esprit sur les Apostres. On dit, Une descente de croix, pour dire, Un tableau qui represente nostre Seigneur que l on …   Dictionnaire de l'Académie française

  • descente — Descente, Descensus. La descente d une montagne venant du sommet en bas, Cliuus et Cliuum. Faire descente sur les lieux contentieux, qui toutesfois ce faisoit en autre maniere que celle d aujourd huy, In rem praesentem venire …   Thresor de la langue françoyse

  • Descente — (fr., spr. Defangt), 1) (Kriegsw.), unterirdischer Gang; 2) bei einer Belagerung das Niedersteigen des Feindes in den Graben …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Descente — (franz., spr. deßāngt , Grabendescente, Grabenniedergang), im alten Angriffsschema ein für den Sturm ausgeführter, gegen feindliches Feuer gedeckter Gang aus dem Couronnement des Glacis in den Festungsgraben zum Grabenübergang und zur Bresche.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Descente — (frz., spr. ßángt), Absteigung, s. Grabenniedergang nebst Textfigur …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Descente — (frz. Dessangt), Absteigung, bei Belagerungen der aus der Krönung des bedeckten Weges in den Graben geführte Weg …   Herders Conversations-Lexikon

  • descente — adj. 2 g. 1. Que desce. • s. f. 2. Descida. 3. Maré que baixa. = REFLUXO, VAZANTE ≠ CRESCENTE, ENCHENTE, INFLUXO, MONTANTE 4. Teto inclinado que acompanha a escada.   ‣ Etimologia: descer + ente   • Confrontar: discente …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • DESCENTE — s. f. Action de descendre, ou par laquelle on descend. La descente de Notre Seigneur aux enfers. La descente du Saint Esprit sur les apôtres. La descente d un ouvrier dans une carrière, dans un puits. Descente en parachute. Cette montagne est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • descente — (dè san t ) s. f. 1°   Action de descendre, d aller d un lieu élevé en un autre lieu plus bas. La descente de Jésus Christ aux enfers. La descente d un ouvrier dans une carrière. •   Le sénat n épargnait promesse ni menace, Et rappelait par là… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.